Le Guide complet de la crémation

En France, deux méthodes sont actuellement autorisées pour les funérailles d’un défunt : l’inhumation ou la crémation. Moins popularisée que l’enterrement, la crémation présente cependant de nombreux avantages que beaucoup ignorent. De nombreuses interrogations persistent : qu’est ce que la crémation ? Quels sont ses avantages ? Quelle urne funéraire choisir ? Que faire des cendres ? Pour mieux vous éclairer sur cette pratique, nous répondons à toutes vos interrogations dans ce guide complet sur la crémation. 

 

"Le processus de crémation est réalisé dans un crématorium, il consiste à brûler le corps du défunt afin de le réduire en cendres. Ces derniers sont ensuite remis à la famille du défunt dans une urne funéraire."
Guide complet sur la crémation

Dans quels cas procède-t-on à une crémation ?

Si la personne décédée a exprimé au préalable sa volonté d’être incinérée (de manière orale ou écrite), alors la famille et les proches doivent respecter sa volonté. Dans le cas inverse, c’est aux proches que revient le choix. S’il y a un désaccord entre ces derniers, le tribunal judiciaire du lieu du décès peut être saisi. 


En quoi consiste la crémation ? 

Le processus de crémation est réalisé dans un crématorium, il consiste à brûler le corps du défunt afin de le réduire en cendres. Ces derniers sont ensuite remis à la famille du défunt dans une urne funéraire. 

Un cérémonie est réalisée avec l’incinération, elle peut être organisée dans le lieu de votre choix. Les crématoriums disposent de salles réservées à cet effet : des cérémonies de toute confessions et des repas peuvent y être organisés pour réunir l’entourage du défunt et lui rendre hommage. Chaque famille est libre de réaliser la cérémonie de son choix : lecture de texte, rituels religieux, diffusion de photos et vidéos…

Une fois la cérémonie terminée, le cercueil est emmené dans le four du crématorium où il est brûlé aux alentours de 850 degrés pendant environ 90 minutes. Lorsque le processus est terminé, les cendres sont recueillies et remises à la famille dans une urne accompagnée de l’attestation de crémation. L’urne funéraire doit être munie d’une plaque indiquant l’identité du défunt ainsi que le nom du crématorium.
Les proches ont 1 an pour décider du devenir des cendres. Pendant ce délai, elles peuvent être conservées dans un crématorium ou un lieu de culte. 


Quelles sont les exigences de la loi française à prendre en considération ? 

En France, la crémation doit avoir lieu entre les 24 heures et les 6 jours succédant le décès du défunt, des dérogations peuvent être effectuées pour certains cas exceptionnels. Si le décès a lieu à l’étranger, la crémation peut avoir lieu jusqu’à 6 jours après le transfert du corps en France métropolitaine.

Pour pouvoir procéder à une création, il est nécessaire d’obtenir une autorisation de la part du maire de la commune de décès. Pour en faire la demande, il suffit de réunir deux documents : l’expression écrite des dernières volontés du défunt ou la demande de la personne chargée de l’organisation des obsèques ainsi que le certificat du médecin ayant constaté le décès indiquant l’absence de problème médico-légal. Attention, si le défunt est porteur d'une prothèse fonctionnant à l’aide d’une pile, il faut également un troisième document qui atteste du retrait de celle-ci par un thanatopracteur.

 

Quelle urne funéraire choisir ?

Les matériaux et les designs sont très variés. Pour une dispersion ou une inhumation, il est conseillé de se tourner vers des urnes classiques ou biodégradables. Pour être scellé sur un monument funéraire ou déposé dans un columbarium, les matériaux choisis sont en général plus nobles et l’esthétique plus travaillée. 

Les urnes funéraires biodégradables : 

Les urnes funéraires biodégradables sont une très bonne alternative pour faire un départ respectueux de l’environnement. Fabriquées en carton, en sel ou en sable, elles sont entièrement respectueuses des sols puisqu’elles se décomposent en quelques mois seulement. Les urnes funéraires en carton ont l'avantage d’être entièrement personnalisables. Vous pouvez y inscrire un dessin, une photo ou encore l’inscription de votre choix. 

Pour un lieu de recueillement plus paisible et pour réaliser un geste supplémentaire pour l’environnement, il est possible d’opter pour une urne avec une graine à l’intérieur. Elles sont composées de deux parties : la première détient les cendres ; la deuxième de la terre avec à l’intérieur la graine de votre choix. Après quelques mois, les racines se mélangent aux cendres et un arbre commence à apparaître. 

urne funéraire biodégradable

Attention, ce type d’urne funéraire peut uniquement être inhumé dans une propriété privée avec autorisation de la mairie de la commune concernée.

En plus d’être respectueuses de la planète, ces urnes représentent un avantage financier puisqu’elles sont fortement plus abordables que les urnes funéraires traditionnelles.

Pour une immersion dans la mer, l’urne funéraire a obligation d’être biodégradable.


Les urnes funéraires traditionnelles :

Les cendres ne sont pas directement déposées dans l’urne funéraire. En effet, elles sont premièrement mises dans un contenant scellé appelé “cendrier”, celui-ci est ensuite introduit dans l’urne. 

Elles sont en général rectangulaires ou rondes avec l’utilisation de matériaux très variés : composite, céramique, céramique laquée, albâtre, résine, bronze, granit, laiton, étain, porcelaine, bois, aluminium, nacre, acier ou encore cuivre. 

Le choix de celle-ci dépendra en grande majorité des goûts et de la personnalité du défunt. Cependant, pensez à privilégier le granit si l’urne est destinée à être scellée sur un monument funéraire. En effet, ce dernier offre une grande résistance au gel et aux intempéries. 


Les urnes funéraires doubles : 

Si vous souhaitez réunir les cendres de deux personnes, il est possible d’opter pour une urne double qui contient deux compartiments différents. 


Que faire de l’urne ? 


Le dépôt de l’urne au sein d’un cimetière

L’urne funéraire peut être inhumée dans une sépulture ou dans le terrain communal, déposée dans un columbarium ou scellée sur un monument funéraire. Si le souhait de la famille est de disperser les cendres, alors la dispersion est possible dans le jardin du souvenir.


La dispersion des cendres en pleine nature

Plusieurs règles sont à respecter pour procéder à la dispersion de cendres.
Premièrement, elle est interdite sur la voie publique ou dans un lieu public. Elle est autorisée en pleine mer (à condition qu’elle s’effectue à 300 mètres des côtes) mais interdite dans les cours d’eau. 

La dispersion dans une grande étendue comme un champ ou une forêt accessible au public mais privée est autorisée cependant il faut l’autorisation du propriétaire. 

Attention, la dispersion des cendres dans une propriété privée est interdite. 


L’inhumation dans une propriété privée

L’urne funéraire contenant les cendres peut être inhumée dans une propriété privée, cependant il est interdit de la conserver dans un logement.

Si au bout d’un an les proches n’ont pas pris de décision, les cendres sont dispersées dans l’espace dédié du cimetière de la commune du lieu de décès ou sur le site cinéraire le plus proche.


Quels sont les avantages de la crémation ? 

  • La crémation émet moins de co2 qu’une inhumation. Cependant la combustion peut émettre certaines substances chimiques en fonction du choix du cercueil et de la potentielle présence de prothèses, broches ou encore appareillage dentaire dans le corps du défunt. Si le cercueil et l’urne choisis sont tous deux biodégradables, alors la crémation offre un réel atout écologique. De plus, elle ne nécessite pas d’embaumement contrairement à une inhumation donc aucune utilisation de produits chimiques destinés à cet effet.
  • Elle offre plus de temps pour prendre les décisions concernant l’emplacement du défunt. Contrairement à l’inhumation où le corps doit être enterré la semaine suivant le décès, la crémation laisse une période d’un an aux proches pour décider de l’emplacement du défunt. Durant cette période, les cendres sont conservées au sein du crématorium. 
    Lors de la perte d’un être cher, il est parfois difficile de prendre des décisions importantes et permanentes sur l’instant. La crémation permet à la famille de vivre un deuil plus tranquille sans être bousculée par des dizaines de décisions. De plus, cela permet un choix plus réfléchi pour mieux commémorer la mémoire de la personne disparue. 
  • Les obsèques sont plus simples à organiser. L’organisation d’une crémation entraîne des démarches moins nombreuses et moins complexes qu’une inhumation. Il suffit de présenter les deux documents mentionnés plus haut à la mairie puis de remettre l’autorisation aux pompes funèbres qui se chargent de toutes les étapes de l’incinération. 
  • Elle représente un avantage financier. Bien que les frais d’obsèques soient toujours très élevés, une crémation génère moins de coûts en comparaison avec un enterrement. Attention tout de même à considérer que de nombreux éléments entrent en compte dans le calcul : choix de l’urne, distance entre les pompes funèbres et le lieu où se situe le corps, choix du crématorium… Le coût d’une crémation s’élève généralement entre 2 500€ et 3 500€.